Une « politique d’entreprise » ?

Dès l’élection du nouveau Président de la République, dimanche 7 mai et le choix de son Premier ministre le 15 mai, la CPME a réaffirmé les axes prioritaires des réformes nécessaires pour les TPE/PME.

Le 23 mai, lors de sa rencontre avec le Président Macron le Président Asselin a réitéré son souhait de le voir engager rapidement une « politique d’entreprise ».

Celle-ci reposerait notamment sur l’encouragement de l’entrepreneuriat, des mesures visant la libération de la création d’emploi et sur la diminution du poids de la sphère publique. Le Président Asselin a présenté également les demandes prioritaires, que la CPME ne cesse de réclamer pour les TPE/PME. Ainsi, la CPME a été entendue sur les difficultés liées à l’application du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) pour lequel il est prévu le moratoire et sur ses fortes réserves sur le prélèvement des revenus à la source qui fera l’objet d’un audit.

Par ailleurs, plus généralement, François Asselin a insisté sur la simplification et la clarification des règles applicables en matière sociale et un besoin impérial de stabilité juridique pour les entreprises qui pourraient être transcrits dans une loi-cadre pour les TPE-PME. Aussi, cela donnerait aux chefs d’entreprise davantage de visibilité sur l’évolution du coût du travail et les trajectoires fiscales sur la durée du quinquennat.

A suivre !

Vous aimerez aussi

article-image
Actualité , Social

Représentativité patronale : Le poids du nombre

Représentativité patronale : la CPME confirme sa place de 2e organisation patronale française

Communiqué de presse du 27/04/2017

 

Les résultats de la première mesure de l’audience de la représentativité patronale jamais réalisée, viennent de…